Un visiteur arrivant à Sotogrande pour la première fois sera confronté au jargon immobilier en ce qui concerne les noms des différentes zones de la station! Heureusement, en 1998, nous avons ...

Naviguer dans les zones immobilières de Sotogrande : Des Rois et Reines à La Grand Reserva

Un visiteur arrivant à Sotogrande pour la première fois sera confronté au jargon immobilier en ce qui concerne les noms des différentes zones de la station!

Heureusement, en 1998, nous avons créé une carte de A à Z et avons essayé de rendre la navigation dans la station agréable et non une exercice militaire d’orientation.

En tant que nouveau venu à Sotogrande, vous entendrez fréquemment les mots « rois et reines » et vous pourriez être pardonné de penser que vous êtes dans une sorte de résidence royale espagnole.

Sotogrande a tout commencé dans la région que nous appelons affectueusement « Les Rois et les Reines ». La première villa serait construite dans une rue nommée d’après le célèbre roi espagnol, « Fernando el Santo » (roi Ferdinand le Saint). Son titre officiel était « Fernando III de Castille ».

La glace était rompue et Sotogrande était à ses débuts pour devenir la merveilleuse station que nous connaissons et aimons tous aujourd’hui.

Il y a maintenant de nombreuses routes qui partent du « Paseo del Parque » et portent le nom de nombreux rois et reines illustres d’Espagne. Mon préféré personnel et l’une des meilleures rues de Sotogrande : « Queen Beatrice de Suabia. » Ou familièrement appelée Sweaty Betty par la communauté anglophone !

Je dois ajouter que la zone des Rois et des Reines est aujourd’hui le bien immobilier le plus cher au mètre carré de la station. Les prix varient de 600 €/m² à plus de 1000 €/m² pour une parcelle seule !

À mesure que la station mûrissait, il a été décidé de donner à chaque zone une lettre de l’alphabet. Toutes les routes auraient un nom commençant par la lettre en question. À commencer par les zones A et B à la fin des années 1970 et au début des années 80.

Il est intéressant de noter qu’au début de la construction en 1964 jusqu’en 1972, tous les biens immobiliers disponibles à l’achat se trouvaient dans la région des Rois et des Reines, dans la zone A et la zone B. Nous appelons cette zone tout ce qui se trouve en dessous de l’autoroute A7 qui divise Sotogrande en deux. La zone est également connue sous le nom de « Sotogrande Costa » ou Parques 1.

Au début des années 1970, le colonel Joseph McMicking, fondateur de Sotogrande, a proposé à ma famille d’être les premiers acheteurs de l’autre côté de la route de Malaga à Cadix. À l’époque, il s’agissait d’une route simple et calme. Mon père aimait la campagne espagnole et une vue sur la mer, mais surtout il voulait être loin de la foule dans une zone de Sotogrande plus fraîche en été et beaucoup moins humide en hiver !

Calle Esmeralda a été fondée et nous avons eu la chance d’être, 17 ans plus tard, en première ligne du trou emblématique n° 17 du club de golf Royal Valderrama.

Au milieu des années 1980, la zone « Sotogrande Alto » (au-dessus de la route) s’ouvrait.

La zone C progressait bien parmi les magnifiques chênes-lièges. Et la zone D, Calle Doñana, était la plus intéressante. Doñana avait été désignée comme une zone de très grandes parcelles pour les familles intéressées par l’élevage de chevaux.

Malheureusement, l’épidémie équine de 1987, une terrible maladie qui a décimé des centaines de chevaux, a entraîné de nouvelles lois sur l’emplacement des écuries. Il est devenu illégal d’avoir des chevaux dans une zone principalement résidentielle. En conséquence, la mairie a exceptionnellement autorisé la division des parcelles. Personne ne voulait d’une parcelle de 4 hectares sans chevaux.

Aujourd’hui, les passants se demanderont pourquoi de si grandes maisons sur des parcelles d’1 hectare sont numérotées 22 A, 22 B et 22 C ? Bien sûr, les parcelles avaient été subdivisées en tailles plus gérables. Doñana reste néanmoins la rue la moins dense de Sotogrande. Doñana est nommée d’après l’un des plus grands parcs nationaux d’Europe ! El Coto Doñana. (Ironiquement, une propriété qui appartenait autrefois à mon beau-père !).

Nous nous déplaçons plus haut dans la propriété et nous entrons dans la zone F. Cela a commencé au début des années 1990, pendant une période de crise immobilière. Malheureusement, les parcelles ont été réduites en taille. En moyenne 1 300 m². C’était dommage car les vues de la zone F sont magnifiques et des parcelles plus grandes auraient été meilleures pour abaisser la densité.

Abaisser la densité est devenu mon plus grand combat lorsque j’ai rejoint Sotogrande SA en 1998.

Mon premier travail a été de supprimer une zone de maisons de ville dans ce qui est aujourd’hui Calle Fusta. Nous avons remplacé toute la zone de maisons de ville par des villas et augmenté la taille moyenne des parcelles ! Je suis sûr que les voisins de la zone F étaient ravis de notre décision.

En 1998, nous avons de nouveau opté pour réduire la densité et nous avons créé la zone G autour d’un tout nouvel hôtel : le charmant hôtel Almenara. Ici, nous avons augmenté la taille moyenne des parcelles à 2 250 m². Nous allions lentement dans la bonne direction !

En 2002, nous avons lancé « La Reserva« . Le nom était un jeu de mots sur la façon dont les vins espagnols sont catégorisés. Le mot évoque également l’idée d’une réserve naturelle de faible densité en harmonie avec la flore et la faune locales.

Nous avons augmenté la taille moyenne des parcelles à 3 000 m². À mon avis, c’était la taille optimale car elle donnait aux gens la possibilité d’avoir des parcelles de 2 000 m² à 4 000 m². J’ai été tenté d’aller vers des tailles encore plus grandes, comme là où je vis à Calle Doñana. Cependant, nous n’étions toujours pas sur un marché pour facturer 245 €/m² pour une parcelle de 10 000 m² !

La Reserva est née pendant une période de boom immobilier, mais malheureusement, dans ses toutes premières années, elle a été frappée par le pire crash immobilier de l’histoire espagnole : 2008. Il n’est pas nécessaire d’en dire plus.

Malheureusement, ce n’est qu’en 2014 que la lente reprise a commencé.

J’ai essayé de créer « La Gran Reserva » en 2011, encore une fois, le nom évoque les grands vins espagnols. La zone que nous avions sélectionnée avait été programmée pour construire 500 maisons de ville ! C’était inviable et aucun promoteur n’aurait pu envisager de construire et de vendre autant d’unités, même en phases successives. J’ai réussi à persuader mon patron, un homme éclairé, d’opter pour une densité ultra-faible avec des parcelles allant jusqu’à 10 000 m². À ma grande joie, il a accepté et nous avons entrepris de créer « La Gran Reserva » en utilisant l’aigle botté comme logo. La zone était riche en faune et en flore sauvages, et de grandes parcelles aideraient, espérons-le, la faune et la flore.

Malheureusement, la crise a stoppé le projet. Cependant, heureusement, elle a également éliminé tout projet de 500 maisons de ville. J’étais ravi.

En 2015, l’ancien promoteur Sotogrande SA a changé de mains et un fonds immobilier a pris le relais. Heureusement, nous avons utilisé le concept de « La Gran Reserva » comme principal argument de vente pour vendre la station. Cela a fonctionné à merveille et je suis heureux de dire que la zone, bien qu’elle ne s’appelle pas « Grand Reserva », est aujourd’hui, comme Calle Doñana, l’une des zones les moins denses de tout Sotogrande.

Le 7 et le 15 sont exactement ce que nous envisagions dans les sombres jours de 2011.

La faible densité a remporté la bataille contre les tendances épouvantables des promoteurs en Espagne à imposer des projets à forte densité ! Il suffit de conduire jusqu’à Malaga pour comprendre rapidement ce que je veux dire.

Dans cet article, je viens d’effleurer les zones de Sotogrande réservées aux parcelles de terrain, où seules des villas de luxe individuelles peuvent être construites. Le lecteur remarquera que tout au long de l’histoire de la station, depuis 1964, la volonté de réduire la densité a été une tendance forte. Ce n’était pas toujours facile, surtout en période de crise, mais cela s’est avéré être la meilleure solution à long terme ! C’est ainsi que l’on peut espérer vendre des maisons à 20 000 000 €.

Michael Norton
Michael Norton Partner & Director

Other articles